Moebius Transe Forme à la Fondation Cartier – du tout bon !

Moebius. Jean Giraud. Un nom qui résonne dans le crâne pour n’importe quel amateur de BD, que ce soit dans un domaine « classique » ou plus orienté « SF ». Blueblerry, Arzach, l’Incal et tant d’autres, avec un dénominateur commun à chaque fois : la métamorphose, les visages changeant selon les humeurs, les personnages se modifiant et évoluant au gré de leurs aventures et de beaucoup d’autres paramètres essentiellement liés à une réflexion métaphysique.

Pour moi, Moebius, c’est avant tout l’Incal dans lequel il illustre la remarquable imagination d’Alejandro Jodorowsky. Deux imaginaires aussi prolixes qui se rencontrent, cela donne forcément du mythique, du culte, du fabuleux.

Aussi me suis-je rué sur cette exposition à la Fondation Cartier et me suis-je régalé, yeux écarquillés et sourire aux lèvres. La façade de la Fondation, habillée côté recto du dessin de l’affiche à droite, est splendide. On rentre et on découvre au rez-de-chaussée une série de vitrines exposant le travail très varié de Moebius. De Blueberry à l’Incal en passant par le Chasseur déprime, Edena ou Arzach et des autoportraits… Une somme de planches, de dessins, d’aquarelles et de croquis qui montre l’étendue du talent de dessinateur et d’inventeur de leur auteur. On admire la finesse du trait, le détail, l’énergie qui se dégage de dessins parfois extrêmement simples, parfois regorgeant d’informations. C’est brillant, tout simplement.

Au même étage, on découvre un film d’animation en 3D, réalisé pour l’exposition avec Geoffrey Niquet. On y retrouve Stel et Atan à la découverte d’une planète désertique et abandonnée… Je ne vous en dis pas plus, allez le voir, la poésie qui s’en dégage est parfaite…

© Moebius Production

A l’étage du dessous, on retrouve une partie de l’univers découvert au rez-de-chaussée, encore plus marqué par la métamorphose, par le pouvoir des cristaux, etc. Une salle splendide, accompagnée d’un portrait vidéo de l’auteur que j’ai raté, étant arrivé un peu tard à l’exposition.

La Fondation Cartier signe donc avec cette exposition Moebius une nouvelle performance dans le domaine de l’excellence. Que l’on soit fan de BD et de Moebius ou non, on sera transporté par le travail de ce dernier autour de la métamorphose, de la méditation et de l’influence de ces domaines sur notre état physique.

A voir absolument !

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *