Manu Larrouy – Mec à la Coule

 Lorsque j'ai reçu l'invitation pour assister au concert privé de Manu Larrouy pour la promotion de son album « Mec à la coule » qui sort le 23 mars prochain, j'ai eu peur de revenir déçue de l'expérience, car j'ai des goûts musicaux très spécifiques et je suis finalement quelque peu difficile.

J'y suis donc allée avec une pointe d'appréhension, en craignant de voir un n-ième chanteur français qui n'a rien original pour se démarquer de ses pairs.

Le concept de la soirée reposait sur la proximité, la bonne entente et la bonne humeur : nous étions dans un studio d'enregistrement du 10ème arrondissement, quelques sièges épars pour nous et un chanteur très ponctuel. Voilà pour le cadre …

Et Manu Larrouy a donc pris l'initiative de nous chanter en acoustique (lui, sa guitare, un violoncelle et un de ses amis pour le choeur) l'intégralité des chansons de son nouvel album en nous expliquant le fond des choses.
Son album se compose d'une dizaine de chansons, de rythme et de style différents. Il a voulu associer à chacune de ses chansons une image qui « lui parle » et dont il nous a donné la signification bien à lui : intéressant et enrichissant d'avoir ainsi le point de vue de l'artiste. Ces images sont d'ailleurs imprimées en filigrane sous les paroles des chansons et permettent de mettre en scène les mots.

Ne voulant pas tout dévoiler ici avant la sortie de l'album mais histoire de vous donner envie tout de même d'écouter cet artiste voilà ce que je peux vous dire : la musique de Manu Larrouy se distingue des autres musiques de la nouvelle scène française par ses inspirations reggae qui apportent une touche de nouveauté.  Clairement rafraîchissant et entraînant. Au niveau des textes, il aborde des sujets plan-plan (l'amour, la séparation, la vie) et aussi d'autres plus osés (avec la chanson « Maria »), et enfin d'autres plutôt à tendance polémique (la politique, le social, l'environnement), le tout avec un talent égal et un bel entrain. Sa musique est plutôt optimiste, certainement à l'image de sa vision de l'avenir et de la vie en général. Typiquement , c'est le genre de musique qui met de bonne humeur pour débuter la journée !

 
 
Bref : une rencontre intéressante, de la musique à la coule : un bon moment !
 
PS : j'ai deux CD single à vous donner … si vous êtes intéressés, faîtes le moi savoir dans les commentaires !
 

9 Commentaires

  • Même impression pour moi quand je suis allé le voir le 12 février en concert privé. Proximité, bonne humeur, une vraie bonne soirée à la cool et un super chanteur 😆

  • Pauline > Oui oui il y en a ! J’attends ton mail (via « Contact » en haut du site) pour t’envoyer ça 🙂

    Julien > Quand je vois les retours, j’en viens à regretter de ne pas avoir été disponible ce soir là ! et c’est Alice qui a eu la chance d’y assister !

  • « la musique de Manu Larrouy se distingue des autres musiques de la nouvelle scène française par ses inspirations reggae qui apportent une touche de nouveauté. »
    Ca fait juste 30 ans que la chanson française s’essaie aux touches reggae avec plus ou moins de bonheur…

    Pour le reste, tout d’accord, un petit toulousain qu’il est bien ce Manu. Et je pense qu’il doit encore se souvenir de la totalité de la place du Cap’ le sifflant alors que personne ne le connaissait (à l’époque).

  • En + de tester de nouveaux produits, je vois que tu t’essaies au rôle de Père Noël :silly:
    J’ai été très sage … :confused:

    Il est vrai que sa musique est plutôt pas mal =)

  • PS : Quand je dis sa musique, j’ai oublié de préciser que je parle aussi bien entendu des paroles, et du clip ^^

  • Bôôh > 30 ans … ? t’es pas un peu de Marseille là ? 😉
    Hum, je crois que tout le monde doit bien en passer par là non ?

    Nebush > Sage ? Bon, j’attends ton adresse postale pour t’envoyer ça > formulaire de contact tout là haut 🙂

  • Pour n’en citer qu’un : Gainsbourg ! L’homme à tête de chou (1976) avec Marilou reggae, puis surtout Aux armes, etc., (1979) avec à nouveau Marilou, mais aussi Lola rastaquère, etc. Qu’on apprécie ou pas, l’inspiration et l’utilisation du reggae y est. Et comme j’ai un peu été à l’école, 2009-1976 = 33, comme le Christ et les bordelais.
    Et pour ta gouverne, vous provinciaux fraichement domiciliés en divers arrondissement panaméens, avez certaine tendance à confondre toutes les régions sises au sud de la grisaille capitale. Toulouse et Marseille n’ont pas grand-chose en commun, à part le soleil qu’il vous manque, évidemment : eux c’est l’OM la mer et les sardines, nous c’est le Stade, la montanha et le canard.

    Les sifflets n’étaient évidemment pas contre sa chanson (j’ai le coeur qui dérive en Garonne… je m’en souviens encore) mais pour moquer un aveu maladroit : à l’époque ce cher Manu vivait à Paris (ça continue peut-être, chacun ses tares), et il a admis en public cette expatriation 😀

  • de la balle j’vous dis!!!

    pour mettre tout le monde d’accord, j’ai vu le concert d’anais vendredi et qui c’était en première partie???? le dit Manu Larrouy. on a passé un moment EXCELLENT et je dois dire que pour une fois, le prix du billet a été largement amorti entre une 1ère partie géniale et une Anais toujours au mieux de sa forme. l’accompagnement au violoncelle avec François Bourgeois nous a tout simplement bluffé et nous avons hâte de découvrir son album. en attendant il serait possible d’avoir un petit CD si c’est possible? Merci merci merci père noel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *