Feydeau au Théâtre du Palais Royal – On purge bébé / Léonie est en avance

Jeudi 4/2, j’étais au Théâtre du Palais Royal pour un programme fort alléchant : la visite du théâtre, la représentation des deux pièces de Feydeau et une rencontre avec les artistes, rien que ça… et tout ça dans un des plus vieux théâtres de la capitale, tout du moins l’un des plus prestigieux : songez-y, il a tout de même été inauguré en 1784 ! Racheté par Madame de Montansier, le théâtre va devenir petit à petit l’un des passages obligés du tout Paris qui veut voir des comédies. Le suite de l’histoire, au travers de la Révolution Française tout d’abord puis des guerres de la fin du XIXème siècle, est plus complexe et agitée jusqu’au début du XXème siècle et la découverte dans ce même lieu de Feydeau ! Et puis, ce théâtre, c’est avant tout le berceau de « La Cage aux Folles » qui fera salle comble pendant sept années !

Un lieu riche, donc, qu’on sent chargé d’histoire quand on en arpente les couloirs et les coulisses, découvrant la salle vide en pleines répétitions, les affiches historiques qui couvrent les murs, le petit restaurant qui se remplit peu à peu tandis que l’heure de la représentation approche. Un lieu aux heures plus coquines aussi, il paraît que l’histoire du lieu est riche de moments intimes dans cette ambiance de boudoir, ce n’est pas moi qui le dit…

Et Feydeau alors ? Depuis le 19/1, Gildas Bourdet met en scène Cristiana Reali, Pierre Cassignard et Dominique Pinon pour interpréter deux « petites » pièces d’un acte de l’auteur : « On purge bébé » et « Léonie est en avance ». Ils ne sont bien sûrs pas seuls puisque d’autres acteurs les accompagnent : Marie-Julie Baup, Sylviane Goudal, Corinne Martin et Marc Guillaumin. Deux pièces sous forme de vaudeville, tournant en ridicule les relations du couple, les relations de société ou familiales, parfaitement interprétées ici par les différents acteurs.

Si chacun s’en sort avec brio, je dois bien dire qu’il y en a un parmi tous ces talents qui m’a subjugué : Dominique Pinon. Je le savais homme de théâtre, acteur fétiche de Jean-Pierre Jeunet mais je ne l’avais jamais vu sur scène, seulement sur pellicule. Et quelle prestance, quel charisme, quel talent dans l’interprétation ! Cet homme est tout simplement impressionnant… !!!

Et on rit, on rit, on rit du ridicule de monsieur et madame Follavoine, de monsieur Chouilloux, de Léonie… ! Splendide, absolument splendide, avec dans « Léonie est en avance » une Cristiana Reali fabuleuse en sage-femme enlaidie alors qu’on la découvre après la représentation d’une beauté limpide. Les deux pièces sont extrêmement dynamiques, la langue explose sans cesse, les traits d’humour fusent sans interruption, aucun temps mort dans Feydeau, aucune pitié pour l’acteur qui peinerait à trouver son rythme.

On nous le confirme après représentation en discutant avec Dominique Pinon et Corinne Martin et Pierre Cassignard : c’est dur mais c’est extraordinaire à interpréter, un véritable défi et aussi un enthousiasme tout neuf à discuter avec nous, beaucoup d’humilité et d’attentes aussi, une sorte d’angoisse d’acteur qui m’impressionnera toujours.

Alors voilà, je vous conseille donc de vous ruer sur votre téléphone, votre ordinateur ou tout simplement de vous rendre au Théâtre pour réserver vos billets pour ces pièces qui resteront très vraisemblablement à l’affiche jusqu’à juin 2010.

9 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *