Fabien Ceruse est gentil… mais un peu inconscient je crois.

Il y a un peu plus d’une semaine, j’ai reçu ça dans ma boîte aux lettres… Autant vous dire que je me suis dit : « oh tiens, un teasing, ça faisait longtemps ! » mais j’ai quand même essayé quelques petites choses :

  • le numéro correspondant ne fonctionne pas (dommage ;))
  • le blog est bien là… et on sent bien le mec qui débute : « admin » encore présent, thème un peu basique mais personnalisé un minimum, etc. comme finalement une grannnnnde quantité de blogs qui se lancent !
  • malheureusement le fameux Fabien a du changer son mot de passe Facebook, surement à la suite de quelques débordements incontrôlés ? héhéhé…
  • et puis tiens son twitter… y a du monde qui hallucine à priori, à commencer par l’Alsace ^^
  • pas moyen d’utiliser la CB… j’étais tristesse parce que j’ai bien besoin de faire quelques cadeaux de Noël moi !

Enfin bref, du coup j’ai suivi un peu l’activité du blog et c’est donc bien un teasing qui se monte, très vraisemblablement un truc sur la sécurité de nos données sensibles sur le net : Fabien Ceruse est naïf, profondément naïf… et finalement très peu au fait de la possibilité pour certains de récupérer ces données pour les utiliser dans un but peu louable.

Finalement, Fabien Ceruse, c’est l’internaute de base, le client lambada qui n’y connaît trop rien et qu’il faut éduquer… comme beaucoup de nos concitoyens. En fait Fabien Ceruse me rappelle un peu ma mère (pardon maman si tu me lis). La preuve en vidéo :

[dailymotion xg36c8]

Reste à trouver qui se cache derrière tout ça… parce que Fabien Ceruse, bien que représentatif (et caricatural mais c’est bien le but de cette opé je pense !) d’une certaine partie de la population française, ne PEUT pas être naïf à ce point…

7 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.