Une journée à la découverte d’Ayutthaya

Accessibles à seulement une grosse heure de train depuis la gare centrale de Bangkok, les temples d’Ayutthaya font partie de ceux qu’il faut absolument voir lorsque l’on se rend en Thaïlande, du moins à ce qu’il paraît. J’aurai l’occasion de revenir dessus en parlant de Sukhothai mais il faut bien avouer que l’endroit en impose et donne une idée du gigantisme de certains de ces édifices. Située sur une sorte d’île au milieu du fleuve, la vieille ville d’Ayutthaya panse encore ses blessures issues des gigantesques inondations de 2011 qui avaient submergé tout ou partie de certains temples tandis que la nouvelle ville, située pour partie de l’autre côté du fleuve et pour partie sur la portion ancienne, représente tout ce qu’il y a de plus basique et moche en Thaïlande : architecture sans âme à seule vocation pratique, etc… Pas de quoi s’arrêter donc, il faut traverser le fleuve au plus vite en sortant de la gare après avoir fait le plein d’eau, de fruits et autres victuailles.

La première (et plus facile) possibilité d’accéder aux temples est bien sûr de prendre un tuk-tuk (et de se faire arnaquer au passage), l’autre est de prendre le bac et de marcher, chose que je fis, sous un soleil brûlant et avec une température avoisinant les 42°c. Le courage, chers amis, le courage… Ou la folie. Toujours est-il que l’arrivée aux premiers temples de l’ancienne cité en met plein la vue ! On commence par Wat Mahathat. Une fois le billet acheté (possibilité d’acheter un billet groupé, plus pratique), on déambule au milieu des dizaines de bouddhas, dont le fameux enchâssé dans les racines d’un arbre. Le spectacle est paisible, l’ombre pas trop rare et il faut en permanence se représenter le lieu avec ses murs et ses toits. L’endroit devait être fantastique.

Second temple, Wat Ratchaburana, cette fois-ci marqué par un gigantesque prang khmer et sa crypte dans laquelle j’avoue ne pas avoir eu le courage de descendre…

On contourne ensuite le parc central de la vieille ville pour se rendre à Wat Phra Si Sanphet, gigantesque ensemble de chedis qui donne une idée du gigantisme du temple lorsqu’il devait être complet. Fabuleux spectacle, de loin l’ensemble que j’aurai préféré lors de cette escale d’une journée sur place.

Enfin, ultime temple visité, Wat Phra Ram et son prang gigantesque trônant au centre de l’ensemble de ruines. On croise en y allant quelques éléphants trimbalant des touristes… Les pachydermes marchent tant bien que mal sur l’asphalte brûlant. Certes, c’est quelque peu fascinant de passer à deux mètres d’un éléphant mais on se sent également à Disney. Avec des animaux vivants. Perturbant.

Fin de la journée, retour en tuk-tuk (le seul que j’aurai au final pris en Thaïlande mais il faisait bien trop chaud et le train n’attend pas !) à la gare pour un retour semblant interminable jusque Bangkok… Ayutthaya vaut le coup d’œil, c’est certain. Le site mérite même qu’on y passe une journée complète afin d’aller visiter certains des autres temples à l’extérieur de la ville, comme Wat Chai Wattanaram ou Wat Lokkayasutharam… Une autre fois peut-être même si avec le recul de ce voyage et le doublon Ayutthaya/Sukhothai, j’aurais finalement préféré passer la journée à Lopburi !

Tags de cet article
, ,

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.