Italie du Sud – Vieste et le promontoire du Gargano

Fin du weekend prolongé à Naples, il était donc temps de rejoindre l’aéroport et ses multiples loueurs de véhicules pour récupérer notre petite C3 Picasso et ensuite traverser l’Italie d’ouest en est ! Faire Naples – Bari dans la journée et même bien plus encore, voici une belle journée de route… enfin d’autoroute plus exactement jusqu’à la côte et aucun stop entre deux, le but étant de rejoindre au plus vite le promontoire du Gargano, composé en quasi intégralité d’un gigantesque parc naturel forestier.

Ce promontoire montagneux qui fut il y a bien longtemps une île à côté de la botte de l’Italie affiche des dénivelés impressionnants et aussitôt quittée l’autoroute, on s’engage sur les différentes petites routes, soit montagnardes, soit côtières… D’un côté la Foresta Umbra et de l’autre la mer turquoise et les falaises escarpées. On traverse Manfredonia et Mattinata sans s’arrêter et direction Vieste après une pause-déjeuner au faîte d’une falaise donnant sur les criques alentours.

Paysages sublimes, peu de circulation, une végétation à la fois dense et asséchée, les virages s’enchaînent avec grand plaisir et chaque crête franchie est l’occasion d’un nouvel émerveillement. Le Gargano est décidément un des derniers morceaux de paradis italiens, relativement peu peuplés même en haute saison du fait de son escarpement… et les îles Tremiti ne sont pas loin.

Malheureusement, nous n’y mettrons pas les pieds, pas assez de temps, pas assez de budget non plus car voyager au mois d’août, c’est tout de même la certitude de se faire assassiner à chaque coin de rue ou d’aéroport ! Alors, pour compenser ce manque et la perspective ratée de voir un morceau de roche encore plus paradisiaque, on a pris le temps de se balader, de savourer le temps qui passe à Vieste et dans les villages alentours : Monte Sant’Angelo, San Giovanni Rotondo, Rodi Garganico ou encore Peschici : autant de villes et villages splendides où il fait bon vivre, certains en pleine montagne tandis que d’autres bordent la mer. Délicieux à chaque fois.

Mais la ville qui m’aura le plus marqué, c’est Vieste. Au point que j’ai regretté de ne pas y passer plus de temps… Du repos, un calme relatif, la mer splendide en contrebas et des ruelles escarpées totalement blanches. On y achèterait volontiers une petite maison avec terrasse et vue sur la mer pour ses vieux jours. D’ailleurs une petite adresse :

  • Grottino, Antico Borgo S. Francesco, 40 Via Pola

Au final, une petite promenade en bateau s’impose… ou pour faire un simple quasiment le tour complet du promontoire et de ses grottes. Toujours de l’eau turquoise, des falaises escarpées et toujours aussi beau, mais cette fois-ci, vu de la mer.

Fin de la visite, il nous a bien fallu quitter cet endroit magnifique et nous diriger vers Bari pour une nuit et pas de visite de prévue… Grosse galère en arrivant après le paquet de kilomètres parcourus : pas moyen de trouver l’hôtel, alors l’étape la plus logique après quelques rotations et la constatation que la ville ne nous plaisait pas plus que ça a été d’interpeller une voiture de carabinieri et de leur baragouiner un maximum d’italien ! Tout ça pour au final s’entendre dire « follow me » (genre je parle mal italien c’est ça ? pffff), de voir le gyrophare s’allumer et de les suivre tambour battant à travers la ville ! Au final, on a trouvé l’hôtel mais je peux vous dire que sans eux, on aurait sûrement pieuté dehors…

Un bel hôtel, une belle nuit… vivement demain ? Oui, vivement qu’on quitte Bari pour le cœur des Pouilles !

Tags de cet article

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *