Review Gaming – Resistance 3

Après la découverte de Resistance 2, j’avoue que j’attendais avec une certaine impatience le troisième (et dernier) opus de Resistance. Avant de jouer au jeu, j’ai eu l’occasion de passer une très agréable soirée avec l’équipe Playstation France pour le lancement du jeu, l’opportunité rêvée de prendre en main la version définitive du jeu quelques semaines avant son lancement, occasion aussi de découvrir quelques éléments pour l’instant complètement secrets du jeu. Plaisant.

Une fois rentré et la galette dans la console, il y a eu ce moment de découverte du nouvel univers de Resistance 3 : les États-Unis, la résistance face aux Chimères, un mode de subsistance que l’on ne peut pas qualifier de pérenne et une volonté, celle de se débarrasser définitivement de ces foutues bestioles. Et un plan. Suicidaire, mais un plan.

Et c’est parti pour une nouvelle expérience de jeu dans le même esprit que celui de l’opus précédent : immersion, séquences cinématiques, machines démentes, Chimères de plus en plus immondes et situation profondément désespérée. Alors, Resistance 3, à la hauteur du 2 ? A la hauteur des références du FPS ?

Bilan ? Mitigé.

Le positif, c’est que l’immersion et la qualité graphique sont toujours au rendez-vous, tout comme le scénario et le déroulement des opérations. Les différents chapitres s’enchaînent avec brio, l’évolution du personnage principal est tout aussi bien tournée, les séquences de jeu (marteau, bourrinage total, sauvegarde de munitions quasi permanente, etc.) sont variées et assurent un plaisir assez maximal. On se dirige vers le dénouement avec une certaine innocence en se disant qu’on vit un très beau moment vidéo-ludique. Ce qui est bien, c’est que cette sensation est tout à fait réelle.

Le négatif, c’est que malheureusement, il y a un très gros point négatif dans ce jeu. L’IA. Comme dans le 2 d’ailleurs… L’IA est tout simplement à chier : basique, sans une once d’intelligence, tout sauf évolutive. Le jeu se déroule du coup avec une facilité parfois déroutante pour peu que l’on ait pris le temps de jeter un œil à la manière dont les Chimères et humains réagissent. Trop prévisible. Si l’on rajoute à ça un certain manque de séquence cinématiques démentes qui font (soyons honnêtes) une belle partie de l’intérêt d’un certain nombre de jeux de nos jours… il y a une certaine frustration quant à l’achèvement du jeu.

[youtube h4dXxW-GE50]

Au final, oui, le jeu est bon. L’immersion est là, les sensations aussi, le scénario tient la route. Quel dommage que l’IA ne soit pas au rendez-vous et que les séquences cinématiques ne durent pas assez longtemps, du moins pas assez longtemps pour qu’il y ait une véritable charge émotionnelle. Je suis quelque peu partagé, donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *