Une nuit à la Villa Cheminée avec Chambres A Part

A peine rentré de vacances et déjà sur les routes… Une fois de plus, merci Chambres à Part qui m’a cette fois-ci envoyé en tant que correspondant à la Villa Cheminée de Cordemais, non loin de Nantes. La Villa Cheminée, ce petit pavillon de 32 mètres carrés situé au sommet d’une tour de 15 mètres de haut est à l’origine une oeuvre originale conçue dans le cadre du festival Estuaire en 2009 (on en reparle dans un prochain billet) et qui est maintenant louée pour de doux séjours en amoureux.

Ce qui est amusant, c’est que j’entends parler de cette fameuse cheminée depuis plus d’un an ! Forcément, vivre avec quelqu’un qui a longuement vécu à Nantes, ça aide un peu… L’occasion était donc trop belle de se retrouver après de longues semaines dans un tel lieu. Départ de Paris au volant d’une petite bestiole rouge et blanche, looooongue route sous les bourrasques de neige et enfin arrivée sur Nantes au Lieu Unique pour récupérer les clés. Mais la route n’était pas terminée pour autant ! Direction Cordemais, une trentaine de minutes à travers la campagne nantaise à suivre les panneaux « ESTUAIRE » (fort heureusement nombreux) et les indications de notre hôte, membre de l’équipe ESTUAIRE justement. Et soudain la centrale EDF. Ses tours rouges et blanches dont l’une semble être rabotée, raccourcie… L’origine de la Villa Cheminée est là… une sorte de morceau supplémentaire pour l’une des tours de la centrale ! On fait le tour de la centrale, on trouve le dernier petit chemin et voilà la Villa qui pointe le bout de son tube vers le ciel, son pavillon fièrement dressé au sommet. On est au milieu de nulle part, pas un bruit une fois le moteur coupé si ce n’est celui du vent dans les roseaux et quelques oiseaux ou autres bestioles nocturnes. Et l’entrée dans la cheminée ne manque pas d’allure…

Une fois arrivé au sommet, de nuit, pas de vue si ce n’est la centrale qui domine l’eau… On parcourt le lieu, on se douche (une eau fortement chlorée mais bon, pas de quoi se plaindre !) et surtout on découvre la chambre, petit nid situé tout en haut du pavillon et ceinturé de trois fenêtres. Dodo…

Au réveil, la vue s’impose d’elle-même. Hormis un petit bateau de pêche qui passe sans bruit, on est seuls au monde à prendre un café brûlant en observant l’eau, les roseaux et le soleil qui se lève timidement. Un moment quelque peu hors du temps.

Et en sortant, on prend la pleine mesure du lieu et de l’espace alentours… une claque.

Enfin, l’étrangeté du lieu est tout aussi prenante de jour comme de nuit, si ce n’est qu’on peut beaucoup plus facilement la photographier de jour. Cette « cheminée », dressée au milieu de nulle part avec en contrepoint la centrale et sa cheminée rabotée, est hors du lieu, hors de la nature qui l’entoure et pourtant, elle en est partie prenante et s’y intègre au final avec bonheur.

Conclusion : un endroit unique, une nuit et une matinée parfaites, une belle rencontre autour d’ESTUAIRE… Une adresse à garder bien au chaud pour vous tous mais n’oubliez pas de vous y prendre très très tôt pour réserver un petit weekend en amoureux dans ce petit nid rouge et blanc.

Tags de cet article
,