Essai – Volvo XC60 D4 AWD

Vous le savez, Volvo est une marque que j’apprécie beaucoup, notamment pour ce qu’elle a fait avec sa Volvo V40 mais également par rapport aux différentes annonces des derniers mois, concernant les plateformes CMA et BMA à venir. Il ne faut pas non plus oublier le renouvellement de la « grande » plateforme qui supportera notamment le futur XC90 ! Toutefois, en attendant l’arrivée de ce nouveau grand gaillard, l’occasion s’est présentée d’essayer le petit frère, le récemment restylé Volvo XC60 D4 AWD.

essai-volvo-xc60-d4-awd-1

Extérieurement, le facelift se voit notamment au niveau du regard, très semblable aux berlines et break S60 et V60. La ligne, loin d’être lourde comme cela peut-être le cas sur ce type de SUV / 4×4, se montre même dynamique grâce à un beau travail du capot, de la calandre et des sortes d’ouïes qui la bordent. De même, les hanches musculeuses s’avèrent réussies, intégrant comme toujours la signature visuelle arrière de la marque. Les différents éléments de sécurité, toujours nombreux chez Volvo (surtout avec ce niveau de finition), sont intégrés dans le pare-brise et dans la calandre. L’ensemble est donc plutôt harmonieux et dynamique, loin du gros cube suédois que l’imaginaire traîne encore et encore tel un boulet parfois. Les touches de chrome, présentes sans trop en faire, ajoutent une touche supplémentaire de dynamisme et la robe bronze est peut-être celle qui sied le mieux. Séduisant ? Séduisant. Tout à fait. On regrettera simplement les rétroviseurs très… massifs et tranchant avec le reste de la ligne. Dommage !

essai-volvo-xc60-d4-awd-3 essai-volvo-xc60-d4-awd-7 essai-volvo-xc60-d4-awd-44 essai-volvo-xc60-d4-awd-45

essai-volvo-xc60-d4-awd-39

essai-volvo-xc60-d4-awd-47 essai-volvo-xc60-d4-awd-50 essai-volvo-xc60-d4-awd-6 essai-volvo-xc60-d4-awd-9

L’intérieur, en finition Inscription, vient jouer sur les mêmes tons que la carrosserie. Le cuir marron clair est splendide et les alternances de cuir piqué et lisse invitent à s’installer. On retrouve évidemment la console centrale ajourée, recouverte de noyer. D’autres plaquages parsèment l’habitacle, tout comme le cuir qui oscille finalement entre un orange et un marron clair, restant noir et moelleux sur la planche de bord. J’ai vraiment apprécié cet ensemble de matières et de couleurs qui s’avère apaisant et lumineux lors de longs trajets, s’associant bien au bronze de l’extérieur.

essai-volvo-xc60-d4-awd-13 essai-volvo-xc60-d4-awd-14 essai-volvo-xc60-d4-awd-17 essai-volvo-xc60-d4-awd-22

essai-volvo-xc60-d4-awd-18

essai-volvo-xc60-d4-awd-20 essai-volvo-xc60-d4-awd-23 essai-volvo-xc60-d4-awd-26 essai-volvo-xc60-d4-awd-38

Si l’on se balade ici dans un univers Volvo ma foi plutôt habituel en terme de finition et d’ambiance à bord, la finition Inscription apportant un plus réel en terme de perception de luxe mais ne révélant rien de la révolution en cours chez Volvo. Le XC60 remis au goût du jour intègre effectivement la toute dernière version du système d’infotainment de la marque, préfigurant un peu la nouvelle révolution à venir avec le XC90 : CarPlay. Il y a bien sûr le compteur 100% numérique, il y a le système keyless, il y a les traditionnels contrôles de trajectoire, de franchissement de ligne, le City Safety (je n’ai pas essayé d’écraser Dino, promis), le toujours pratique BLIS ou encore le régulateur adaptatif (pas trop mal fait)… Mais il y a surtout Sensus Connected Touch. Ce système comme son nom l’indique se dote d’un écran tactile, assez enfoncé dans la planche de bord malheureusement, mais particulièrement réactif. Il est pilotable soit au travers des touches et mollettes habituelles, soit au doigt, au clic, au slide. On voit néanmoins qu’il s’agit d’une greffe récente puisque la planche de bord reprend le style et l’instrumentation du reste de la gamme.

essai-volvo-xc60-d4-awd-24 essai-volvo-xc60-d4-awd-25 essai-volvo-xc60-d4-awd-28 essai-volvo-xc60-d4-awd-37

C’est bien ça, vous le voyez sur la photo ci-dessus : des applications. Intégrées. Attention toutefois, il ne s’agit pas de choses inutiles comme les constructeurs aiment tant le faire : Coyote, Spotify… pour ne citer qu’elles ! Il faut savoir quelque chose me concernant : s’il y a bien deux applications que j’utilise tout le temps en voiture, ce sont ces deux là. Là où il est parfois délicat de tout gérer, de recharger le téléphone ou que sais-je encore, ici tout est intégré et fonctionne grâce à la clé 3G cachée dans la boîte à gant. On peut donc surfer tranquillement entre ses playlists et ses avertissements de zones de danger en toute tranquillité, sans penser à son téléphone. Le mieux ? Cela fonctionne, bien même. S’il y a donc bien quelque chose qui m’a plu dans cette voiture, au delà de ma satisfaction générale, c’est ce système.

essai-volvo-xc60-d4-awd-29 essai-volvo-xc60-d4-awd-30 essai-volvo-xc60-d4-awd-31 essai-volvo-xc60-d4-awd-33

Sur la route, le cinq cylindres 2.4 diesel de 181 chevaux et 420 Nm de couple fait parfaitement l’affaire ! La boîte Geartronic à six rapports en aurait toutefois mérité un septième pour mieux jouer sur le couple. L’accélération jusqu’à 130 km/h avec trois passagers et beaucoup de matériel à bord se fait en tout cas sans problème. A vide, la poussée est même plus que raisonnable pour ce type de véhicule. Comme avec tout gros diesel qui se respecte, on joue donc essentiellement avec le couple en laissant la boîte s’occuper du reste. Le groupe moteur / boîte est efficace et ne pêche finalement que sur les reprises, un brin poussives parfois. Reste que pour une utilisation standard, citadine, routière et autoroutière, ce D4 fera parfaitement l’affaire, s’avérant toutefois un brin glouton (normal vu le poids de la bête et la transmission AWD) : consommation moyenne de 9 l/100 sur cet essai.

essai-volvo-xc60-d4-awd-41

Les suspensions se montrent également bien tarées, corrigeant bien le cabrage et la plongée du véhicule sans pour autant malmener ses occupants assis haut par rapport à la route. J’ai même été parfois tenté de l’emmener vite dans certains enchaînements de virages et une fois l’équilibre global de la voiture compris, il s’avère sain et précis, usant de son système AWD pour s’extraire des virages sans trop de peine. La direction est précise, offre un bon ressenti et le freinage efficace même si la pédale m’a semblé très spongieuse au premier abord. Il faut dire que je sortais d’un essai nettement plus sportif et qu’il m’a fallu un peu de temps pour me reconfigurer sur ce point technique.

essai-volvo-xc60-d4-awd-5

On peut toutefois se poser quelques questions quand à son habileté en franchissement. Volvo ne le vend bien évidemment pas comme un franchisseur mais je me suis laissé aller à quelques sorties hors routes et hors pistes. Dans les zones bosselées, la garde au sol assez généreuse fait le job et le bon travail des suspensions aide également ! Il faut dire que le XC60 est aussi bien aidé par ses gommes Pirelli Scorpion, orientées tous chemins. En clair : vous pourrez le sortir de la ville et vous enfoncer dans les bois sans trop vous poser de questions, il passe quasiment partout et s’avère même amusant dans les chemins à allure modérée ! Les transferts de masse sont sains, la suspension gomme ce qu’il faut et la motricité est au rendez-vous. Je me suis fortement retenu pour ne pas mettre plein gaz mais le sourire commençait sérieusement à poindre et je crois que je prendrais bien une version T6 AWD un jour !

essai-volvo-xc60-d4-awd-42

Au final, ce Volvo XC60 s’avère un excellent compagnon de route, de chemins et autres hors pistes. Le confort à bord est royal, les finitions sont excellentes, les kilomètres s’enchaînent et on pénètre en forêt dans la foulée sans se poser de questions ! Voiture à tout faire, un brin gloutonne en AWD, elle compense cet appétit par un bel agrément moteur et de conduite. Enfin, pour ne rien gâcher, c’est finalement à l’intérieur que ce XC60 est le plus plaisant à vivre avec sa foule d’équipements et ses systèmes et applications intégrées, une véritable réussite de la part de la marque qui a su intégrer intelligemment un système moderne et au goût du jour dans un véhicule « ancien ». C’est ce qu’on appelle une transition réussie entre ce qui devient une vieille plateforme et ce qui s’annonce comme étant une belle révolution pour la marque. Rendez-vous fin 2014 pour en juger !

Tags de cet article
, , ,

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.