BMW xDrive – expérience enneigée à Val d’Isère

Il y a deux semaines, j’ai eu l’opportunité de découvrir la technologie BMW xDrive dans le cadre du xDrive tour organisé par la marque depuis plusieurs saisons dans différentes stations de montagne. Pour ceux qui ne le sauraient pas, il s’agit du nom donné par la marque à son système quatre roues motrices à répartition variable et dynamique.

Cette expérience de conduite sur neige et glace se déroulait à Val d’Isère, station dont la marque est partenaire, sur le circuit tracé spécialement pour l’occasion et long d’un peu plus d’un kilomètre. Sections étroites ou plus larges, portions très lentes où les bons placements sont indispensables, portions plus rapides pour découvrir les capacités de freinage ou encore enchaînements assez techniques à moyenne vitesse : toutes les conditions de roulage sont réunies sur cette piste vraiment complète au vu de l’espace disponible.

bmw-xdrive-val-isere-33 bmw-xdrive-val-isere-26

L’expérience a toutefois démarré à la gare de Bourg Saint-Maurice, au volant des BMW 435i, X5 M50d et Série M 550d. Ces quelques kilomètres au volant de ces grands jouets m’a collé un grand sourire sur le visage, tant cela faisait longtemps que je ne m’étais pas installé au volant d’une BMW ! J’ai toujours associé la marque au plaisir de conduite et ne pas avoir souvent l’occasion de jouer avec un des modèles de la gamme est une réelle frustration. J’ai donc commencé cette session de redécouverte germanique au volant de la BMW 435i, en ayant une pensée pour Victor qui avait eu l’opportunité de l’essayer l’an passé, sans le xDrive. La répartition du système BMW xDrive est initialement en 40/60 et je ne sais à dire vrai pas quel fut l’évolution de la répartition en roulant, même en mode Sport. Aucune question à se poser, le système fonctionne tout seul et la voiture est donc un havre de tranquillité, seulement troublé par quelques accélérations visant à me coller le sourire. La sonorité et le dynamisme de cette monture m’ont vaiment donné envie de passer un peu plus de temps avec elle ! C’était bien trop court cette fois-ci !

bmw-xdrive-val-isere-4 bmw-xdrive-val-isere-6

bmw-xdrive-val-isere-10

Derrière moi, le X5 M et la M 550d. Je change de volant pour prendre la Série 5 et son fameux tri turbo diesel. J’ai un peu de mal avec le principe de l’apposition du badge M sur un diesel mais sur les bons conseils de mon passager, je tombe quelques rapports et enchaîne quelques virages et épingles à très bon rythme. Pas de doute : ce « gros » diesel de 3L et 381 chevaux en a sous le capot et prodigue des relances de premier ordre. La sonorité dans l’habitacle est retravaillée pour faire penser à un tout autre moteur et l’expérience globale devient sympathique, voire enthousiasmante. Dans l’ensemble, je dois dire que j’ai presque changé d’avis concernant ces packs M 50d. Presque. Cela reste un diesel et je reste évidemment fidèle à l’essence mais tout de même, belle et réelle surprise ! Du côté du xDrive, j’ai pu me rendre compte de la tranquillité d’utilisation de cette 550d en arrivant à la station, couverte de neige, de glace et autres. Légère pente pour monter à l’hôtel… Légère appréhension. Dix secondes… Quelle pente ? Facilité déconcertante, bien aidée en cela par les pneus hiver.

bmw-xdrive-val-isere-1 bmw-xdrive-val-isere-5

bmw-xdrive-val-isere-12

La soirée passe, ça mange, ça discute, ça refait un peu le monde et l’histoire automobile. Il est temps de dormir. Rendez-vous le lendemain matin au circuit. Nos hôtes, parmi lesquels Marlène Broggi (Trophée Andros, Blancpain Series, notamment !), nous proposent d’essayer une partie de la gamme xDrive disponible sur place. L’unanimité est vite trouvée avec d’un côté, la Série 330d Touring et la Série 428i. Adjugées, vendues !

bmw-xdrive-val-isere-15 bmw-xdrive-val-isere-14 bmw-xdrive-val-isere-21 bmw-xdrive-val-isere-19

bmw-xdrive-val-isere-46

bmw-xdrive-val-isere-48 bmw-xdrive-val-isere-42 bmw-xdrive-val-isere-22 bmw-xdrive-val-isere-28

Je commence la session au volant de la BMW 330d. Toutes les aides sont connectées, c’est facile dans le sens où ça ne tourne pas, ça ne glisse pas et la voiture est saine au possible. Impossible d’avoir le moindre problème avec tout cela. Le système BMW xDrive répartit le couple entre les deux essieux à un intervalle d’un 1/10ème de seconde, quelle que soit la vitesse. Dans ce cas d’utilisation avec les aides, on oscille donc beaucoup de traction ou un mix très 50/50 mais la voiture est tout à fait capable de faire du 0/100 ou 100/0 en terme de répartition, c’est d’ailleurs l’une des forces de ce système qui sur le sec, sait se comporter comme une BMW « traditionnelle ».

bmw-xdrive-val-isere-30 bmw-xdrive-val-isere-51

Ce n’est pas qu’on s’ennuie mais il est temps de désactiver les aides petit à petit. Une fois une des béquilles désactivée, on sent déjà la voiture devenir plus dynamique, joueuse… On passe à l’étape suivante : plus aucune béquille ! Pas de contrôle de traction, pas de contrôle de trajectoire. L’histoire se joue donc entre le conducteur et sa voiture, avec le xDrive au milieu pour répartir au mieux la puissance en fonction de ce que lui demande le gars pas du tout stressé derrière le volant.

bmw-xdrive-val-isere-34

Il m’aura fallu un tour pour reprendre mes réflexes d’il y a deux ans, datant d’expériences similaires ou très différentes (l’Andros Car électrique par exemple !). Le mode de conduite reste le même : bien placer la voiture, anticiper les transferts de masse et projeter son regard le plus loin possible. Les bras font alors le reste du boulot, corrigeant les écarts. La voiture se fait tantôt traction, tantôt propulsion pour faire pivoter le train avant dans les épingles.

bmw-xdrive-val-isere-25 bmw-xdrive-val-isere-37

bmw-xdrive-val-isere-36 bmw-xdrive-val-isere-38

La confiance vient petit à petit et les derniers enchaînements sont parfaits à mes yeux, certainement très lents aux yeux de ma formatrice, parfaite pédagogue par ailleurs ! Le nez de la voiture se place au raz des murs de neige, le regard est quant à lui porté sur le prochain virage, par la vitre latérale. Expérience grisante ! La 428i est un régal à balancer d’un bord à l’autre et je ne me suis jamais senti une seule seconde en danger, même sans les béquilles électroniques. Alors bien sûr, il manquait de l’expérience et de l’habitude pour gérer parfaitement les dérives et mettre du déplacement latéral (plein gaz en sorties de virage pour s’arracher) sans se poser de question mais je ne suis pas mécontent de mes quelques tours !

bmw-xdrive-val-isere-40 bmw-xdrive-val-isere-52

L’heure du baptême a sonné, on monte à bord de la BMW 335i chaussée de pneus clous pour deux tours de rodéo, l’occasion idéale de reprendre quelques sensations mais surtout quelques leçons en terme de placement et de freinage qu’il faudra garder en tête « le jour où »…

bmw-xdrive-val-isere-54 bmw-xdrive-val-isere-55

bmw-xdrive-val-isere-57

bmw-xdrive-val-isere-58 bmw-xdrive-val-isere-59

C’est déjà la fin, bien trop tôt. Alors c’est sûr que cela nous évitera d’aller frotter les murs de neige après le baptême mais j’aurais apprécié de pouvoir rouler plus tant l’expérience est grisante et formatrice. Une chose de certaine en tout cas : si vous avez l’opportunité l’an prochain de vous rendre en station, sautez sur ces expériences de conduite qui vous donneront peut-être envie d’acheter une BMW équipée en xDrive (n’oublions pas qu’un constructeur cherche avant tout à vendre ses voitures !) mais pourront aussi et surtout vous sauver d’une situation périlleuse.

Tags de cet article
, , , ,

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.