Essai – Volvo V40 Cross Country T5 AWD

Cela faisait quelques temps que je n’étais pas monté dans une Volvo V40 et aussi ai-je profité du tournage « franchissement » du GDB pour essayer la toute dernière mouture de la voiture, équipée du nouveau bloc Drive-E et surtout en version Cross Country et AWD, chemins et autres joyeusetés obligent.

Si la motorisation évolue donc, on retrouve pour le reste les lignes habituelles de V40. Séduisantes et réussies, elles n’ont à ce jour pas encore été restylées et vieillissent par ailleurs plutôt bien à mes yeux. Les protections en plastique liées à la version Cross Country sont reconduites et la couleur cuivrée se mêle parfaitement à la terre burgonde. L’ensemble donne une impression de sobriété et d’équilibre, avec les touches de chrome sur les flancs et les belles roues noires. Les alternances de noir, de chrome et de cuivre ont belle allure et V40 se pose, quelques années après sa sortie, comme une référence en terme de stabilité des lignes. On comprend bien en tout cas que la marque ne se soit pas encore trop pressée pour corriger ou retoucher telle ou telle caractéristique stylistique. On se prend néanmoins à rêver de l’arrivée des feux du nouveau XC90 sur cette face avant, tout du moins une déclinaison qui l’en rapprocherait. Affaire à suivre, sûrement l’an prochain.

essai-volvo-v40-cross-country-t5-awd-exterieur-1

C’est en revanche l’intérieur qui vieillit, pas forcément en grand mal mais pas en bien. Les mises à jour du XC60, avec l’écran tactile, ne sont pas présentes ici et c’est clairement un manque. Les matériaux restent de bonne qualité et l’atmosphère qui m’avait déjà séduite il y a quelques temps est toujours présente. L’habitacle respire la sérénité et la console centrale ajourée est toujours belle à voir. Bien installés dans les bons sièges et surplombées par le grand toit panoramique, on a de quoi dérouler les kilomètres sans fatigue mais on reste toujours quelque peu perplexe devant le pseudo clavier téléphonique et les multiples touches de la console, hérités d’un autre âge automobile. Finalement, si l’extérieur ne vieillit que peu, c’est bien à l’intérieur qu’un bon travail doit être fait par Volvo lors d’un prochain facelift et en attendant l’arrivée des premiers véhicules de la plateforme CMA. Cette nécessité n’est pas vraiment due à des défauts de qualité perçue mais plutôt à une mise à jour générale des équipements technologiques centraux, le compteur restant quant à lui de bonne facture et tout à fait dans l’air du temps. En clair : Volvo V40 Cross Country commence à payer son âge et il est temps pour elle de se mettre à jour pour recoller à la réalité du marché.

essai-volvo-v40-cross-country-t5-awd-interieur-7

Quid de la conduite, alors ? La transmission intégrale joue un rôle sécuritaire réel sur cette voiture tandis qu’on la sent travailler en courbes pour garantir un excellent niveau de motricité, bien aidé en cela par un châssis sain et efficace, garantissant un excellent retour d’informations au volant. C’est simple : le rythme peut s’accélérer sans problème avec cette voiture sans que l’on se sente en danger ou à la limite. La suspension amortit bien les imperfections de la route et seuls les bruits de roulement, assez présents dans l’habitacle, viennent un peu ternir le tableau. La consommation n’est pas en reste non plus puisque ma moyenne s’est établie à 11.8 L/100 sur les 750 km parcourus, ceci en partie à cause de mon rythme mais surtout à cause de la transmission intégrale permanente, gourmande en essence. Par rapport à une version deux roues motrices, on rajoute donc entre 1 et 2 L/100 de consommation moyenne, ce qui n’est pas négligeable pour de longs trajets.

essai-volvo-v40-cross-country-t5-awd-exterieur-17

Toucher de route sécurisant, freinage très sécurisant également et comportement en courbes satisfaisant voire même sportif, cette V40 est plutôt bonne à tout fait et soigne le dos de ses passagers avec un bon compromis entre dynamisme et confort. C’est également vrai de la boîte, efficace et rapide à défaut d’être transcendante. C’est une excellente boîte automatique, tout simplement et il ne faut pas lui en demander plus. Tout ceci est du connu et ce qui change finalement le plus, c’est le bloc. La nouvelle génération de moteurs Volvo est là-aussi un très bon compromis ! Le cinq cylindres à la sonorité si caractéristique laisse sa place à un nouveau bloc quatre cylindres de 2.0L, turbocompressé et développant 245 ch. S’il n’a assurément plus le même son, il conserve une certaine onctuosité du fait de sa générosité en couple (350 Nm tout de même) et monte raisonnablement dans les tours en gratifiant le conducteur d’une tonalité rauque. Ce n’est pas le cinq cylindres, c’est certain, mais c’est un excellent moteur, plein de couple et dynamique.

essai-volvo-v40-cross-country-t5-awd-exterieur-24

C’est également sur les chemins et dans la boue que cet ensemble AWD + Cross Country + T5 s’avère réjouissant. Si la Volvo V40 Cross Country n’est pas un franchisseur, c’est un tous chemins convaincant, capable de se sortir de zones particulièrement boueuses et bosselées. Pis encore, sur le plat, elle sait aussi drifter et passer d’un appui à l’autre en grondant et projetant quelques mottes de terre. De quoi s’amuser en forêt sans arrière pensées, tout en conservant en tête la garde au sol somme toute assez faible et le fait que les pneus montés sont avant tout destinés à l’asphalte. Il n’empêche, dotée de la transmission intégrale et d’un couple assez massif en première, la V40 CC T5 AWD sait se mouvoir dans les chemins sans problème et se montre même amusante à emmener en glisse.

essai-volvo-v40-cross-country-t5-awd-exterieur-4

Belles lignes qui vieillissent bien, intérieur empreint de sobriété, plutôt complet et agréable à vivre, nouveau bloc T5 plutôt vivant et base technique et mécanique robuste et efficace : la Volvo V40 Cross Country est encore et toujours une excellente voiture, équilibrée et réussie, fournissant un excellent niveau de prestations au vu de son âge relatif et de l’absence de vrai facelift à date. Le crû 2015 permet en tout cas de se convaincre une fois de plus de l’excellente singularité qu’elle représente dans un marché premium toujours associé à l’Allemagne. Volvo se pose encore et toujours comme une alternative à cet état de fait, sans toutefois demander à ceux qui la choisissent de laisser de côté leurs exigences, tant d’un point de vue sécurité que de celui de l’agrément et du plaisir de conduite. Valeur sûre, l’autre maître mot de la marque avec la sécurité ?

essai-volvo-v40-cross-country-t5-awd-exterieur-23

essai-volvo-v40-cross-country-t5-awd-exterieur-30

essai-volvo-v40-cross-country-t5-awd-exterieur-15

Tags de cet article
, , , , , ,

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *