#under8 – roadtrip au Nürburgring

Vous l’aurez compris en suivant le site du Garage des Blogs : l’équipe a été impliquée aux côtés de Renault Sport pour vivre l’aventure #under8 et découvrir les coulisses du record et de la naissance des Mégane R.S. Trophy et Trophy R avec au bout du compte une vidéo exclusive et de beaux souvenirs ! Toutefois, cela n’avait guère de sens de s’arrêter là et nous nous sommes dit qu’il serait bon de pousser le vice jusqu’au bout : nous rendre au Nürburgring en Mégane R.S. 2014 Sport & Cup, participer aux essais de Trophy et rentrer, pantelants, à la maison. Enfin, ça c’était dans l’hypothèse où on ne finissait pas dans un rail mais on en reparlera dans un prochain article.

C’était donc parti pour un roadtrip de 500 km jusqu’à la Mecque des circuits européens (on trouvera un autre lieu saint pour Spa et Le Mans, merci – quoique le Nürb pourrait bien être le mur des lamentations finalement – les rails des lamentations – bref). Il s’agissait donc d’une sorte de pèlerinage pour nous apostats reconvertis à la religion automobile. Clés de Mégane R.S. en poche, tankers pleins, matériel chargé dans les coffres, stickers sur les lunettes arrière (bah oui, merde, ne jamais faire les choses à moitié) et une bonne nuit de sommeil dans les pattes : FLAT OUT.

renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-46

Enfin, 130 km/h en France. Beaucoup plus ailleurs (le compteur de Mégane R.S. est capable d’afficher 258 km/h, sachez le). L’Allemagne est là, le Burger King de la frontière aussi, un autre Graal. Quelques kilomètres plus loin, le Nürburgring se fait sentir. Des Porsche, des BMW, partout. Partout. C’est Disneyland ici. Et puis soudain, un ORNI bleu, stické #under8. Un allemand, Mégane R.S. préparée et portée à 330 chevaux, roues spécifiques… avec sa petite copine, une R26 noire elle aussi quelque peu optimisée. Rapide discussion, pas mal de sourires et un « rendez-vous » sur le bord de la piste ; ce fut bref mais on s’est sentis l’espace d’un instant dans la peau d’un membre de club de passionnés.

La piste, enfin. Disneyland continue de plus belle avec à ses abords une Corvette C7 toute neuve, une 4C en pleine forme et autres petites merveilles. On se poste en bord de piste avec les garagistes et on observe. Premier contact pour moi avec la fameuse piste si l’on excepte les nombreuses heures de Gran Turismo. Le dénivelé impressionne. Plus encore, la faible largeur de la piste est intimidante. Cela crisse, cela hurle, cela oscille un peu des bras parfois. Un bus de touristes passe, suivi d’une KTM X-Bow et d’une vieille Golf préparée jusqu’à la moelle. Ce n’est plus Disneyland, c’est la cour des miracles.

renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-10 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-12 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-11 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-16

renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-18 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-8 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-13 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-14

Autre spot, même constat. Deux Ferrari 458 Speciale se tirent la bourrent au milieu d’une nuée de Mégane R.S. toutes générations et modèles confondus. Quelques anciennes aussi et toujours une belle dose de BMW et Golf en mode attaque intégrale. Les différences de niveaux dans le trafic sont flagrantes et on se demande comment, en une petite heure d’observation, on n’a pas vu un seul crash ! Entre les touristes de passage, les pistards occasionnels ou les réguliers que l’on devine dans les trajectoires et points de freinage, on a affaire à un gradient plus que large de compétences quant au maniement d’un cercueil à quatre roues.

renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-21 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-22 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-30 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-23

renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-36 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-28 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-32 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-25

Dernier spot. Un camion forestier passe dans un nuage de poussière. Plus rien ne roule. Je repère un graffiti d’une délicatesse exquise et me dit que ça serait pas mal de faire quelques photos pile à cet endroit là. Dont acte. La Mecque peut également être vulgaire et de bien mauvais goût. Aucune religion monothéiste n’est parfaite.

renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-38 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-42 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-43 renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-41

Il est temps de se préparer. Quelques photos souvenirs de la Mégane R.S. 2014, toujours aussi géniale à conduire même s’il faut s’habituer au facelift (ai-je besoin de vous rédiger un essai ? la réponse est non). Les deux prennent la pose devant le château de Nürburg et la ligne droite d’apparence infinie (et qui l’est sûrement quand on roule en bus…). Sans oublier LA photo souvenir.

renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-54

renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-65

L’hôtel nous attend, une douche bienvenue aussi, un bon gros troll amical également avec une Cupra malencontreusement garée là… Il est temps d’enquiller sur la soirée avec Renault Sport. Trophy R se révèle au monde et son record avec. Comme dirait Nicolas : « l’est belle, hein ? »

renault-megane-rs-2014-under8-roadrip-nurburgring-68

renault-megane-rs-275-trophy-r-nurburgring-1 renault-megane-rs-275-trophy-r-nurburgring-2 renault-megane-rs-275-trophy-r-nurburgring-3 renault-megane-rs-275-trophy-r-nurburgring-4

Renault Megane RS Trophy R-Nurburgring-160614

Renault Megane RS Trophy R-Nurburgring-160614

renault-megane-rs-275-trophy-r-nurburgring-54

Il est tard. Rendez-vous demain pour le tour de manège.

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *