24h du Mans – Les légendes sur la piste

Après avoir vécu les essais libres des 24h en compagnie des équipes Nissan, j’ai remis le couvert à la mi-juin pour vivre un weekend exceptionnel, arpentant les abords du circuit du Mans, suivant l’aventure fabuleuse de la Deltawing et gavant mes yeux et mes oreilles pour ce qui est ma première venue sur cette compétition automobile légendaire. J’aurai l’occasion dans les jours à venir (et avec un retard démesuré) de revenir sur l’ensemble du weekend mais tout d’abord, je veux parler d’un petit moment de temps libre au milieu des multiples activités prévues par Nissan…

Après le warm-up et avant la course, la piste du Mans s’est ouverte à ses légendes, celles qui ont fait Le Mans et qui ne sont pas encore autorisées à courir au Mans Classic : trop récentes, trop violentes, trop dangereuses… mais légendaires malgré tout. Posé dans les gradins, j’ai vu passer devant moi des monstres lancés à pleine vitesse dans la ligne droite des stands sur une piste détrempée. Dégagements de flammes, bruit de tonnerre et feulements enragés, les pilotes qui étaient à bord ne lésinaient pas sur l’accélérateur, claquant les rapports crescendo alors que la piste s’asséchait doucement, matraquée par des pneus d’un autre âge.

Et puis soudain, alors que la tempête s’était calmée et que je commençais à regarder toutes les photos ratées que je venais de produire… Aston Martin a achevé le travail qui consistait à me faire vivre un orgasme auditif. DB9 et V8 Vantage en furie, sobrement accompagnées de celle qui est assurément l’une des Aston les plus rares et belles : la DBR-1. Tout simplement.

Si j’ai encore une larme à l’œil en pensant à ce moment précieux, je reste frustré par mes photos alors que je recommençais tout juste à apprendre à me servir du 7D pour de la photo sportive… Mon 100 m’aura aussi handicapé comme vous pourrez le voir sur les autres billets à venir. A contrario, Le Mans Classic fut de ce point de vue un vrai régal avec le prêt d’un 70-200 F/2.8 L IS II tout bonnement exceptionnel ! Futur achat pour mieux immortaliser la beauté automobile ? J’y songe.

Tags de cet article

3 Commentaires

  • Salut Vincent! C’est vrai que c’était un super week end et que pour un passioné de voitures ancienne c’est le must! (Mis a part le prix des places qui a explosé cette année…) Dommage qu’on ai pas pu se croiser, j’étais avec un client (Wg British Racing) qui a préparé l’ austin healey sprite le mans qui a gagné l’indice de perfs sur les deux dernières manches (il a cassé le pont dans la première! dommage) et la HRG1500 qui était en troisième place sur le plateau avant guerre avant d’etre detruite dans un accident.

    Au plaisir de se croiser pour un prochain Le mans classic!

    Christophe un ancien de Massy !o)

  • Je viens juste de m’apercevoir que ca devait etre plutot au Mans moderne!
    Tu es allé au Mans classic aussi?

Commentaires fermés.