24h du Mans – La parade des pilotes ou la grande gabegie

Parmi les autres images d’Épinal dont je m’étais farci la tête, il y a la Parade des Pilotes que l’on peut vivre en plein cœur du Mans. C ‘est en théorie l’occasion pour les pilotes d’être salués tels des héros (ce qu’ils sont, d’ailleurs !) par la foule venue en masse les encourager et les voir de plus près avant le grand sprint. J’avais en tête cette image d’un public chaleureux, de pilotes ravis et souriants, profitant d’un moment de communion avec une foule plus proche que d’ordinaire. Moi, naïf ? Totalement. Cela commençait bien pourtant avec les supercars au milieu de la foule, serpentant entre les tribunes, bien malheureusement sous une bruine persistante et quelques averses malvenues !

Il y a aussi une belle quantité d’anciennes qui défilent et pour le moment, tout se passe bien même si quelques détails me choquent d’emblée… J’aperçois quelques pins / autocollants / posters et autres merdouilles qui s’envolent de certaines voitures pour tomber en pluie sur les gradins. Mais… que diantre se passe-t-il ?

Et puis les pilotes arrivent, souriants pour la plupart malgré la pluie, planqués sous des parapluies, ovationnés pour certains, simplement applaudis pour d’autres. Mais la foule est tendue, elle veut quelque chose d’eux. Finalement, elle se fout d’eux. Elle veut des goodies, des cadeaux, des MERDES qu’elle va coller au fond d’un tiroir jusqu’au prochain ménage de printemps. Les bras se tendent, les mains se font crochues, certains se jettent presque dans ce cabriolet dans lequel les tshirts et polos sont si facilement accessibles ! Et puis la foule gronde, telle ou telle voiture n’a pas distribué assez de cadeaux ! Elle quémande, certains en viendraient presque aux mains ma parole… alors que d’autres rivalisent d’ingéniosité pour maximiser le profit alors même qu’ils sont assis dans la tribune des invités de la Région ou de la Ville. Saloperie de marketing, grande gabegie des marques à destination d’un public stupide et cupide. J’ai eu envie de vomir.

Mais qui sont donc ces gens qui vilipendent les pilotes ne leur donnant pas assez de merdouilles à 10 centimes ? Qui sont ces agents de sécurité qui laissent des enfants se placer devant les roues d’une voiture alors qu’ils sont en train de se ruer dans une Audi cab’ pour tenter d’arracher un ou deux tshirts ? Ce sont les produits d’un système immonde. Je vomis les responsables de cette mascarade qu’est semble-t-il devenue la parade des Pilotes et j’espère qu’un jour, une ou plusieurs marques sauront sortir de l’ornière dans laquelle elles se sont se fourrées toutes seules pour que les sourires de leurs héros soient vrais et qu’ils puissent jouir totalement de ce moment. Il était évident que certains savouraient ce moment de contentement bien mérité tandis que d’autres peinaient à garder leur calme et leur patience. J’ose espérer qu’ils pourront tous cesser d’osciller entre ces sourires sincères et réjouis et la nécessité de faire bonne figure et de gaver cette partie de la foule totalement lobotomisée.

Tags de cet article