Clones – Surrogates – qui a dit que ça ressemblait à I. Robot ?

L'avantage d'un mercredi férié, c'est qu'on peut dormir. Sauf quand on oublie son réveil comme un con. Bilan : Clones, avec Bruce Willis. Enfin disons plutôt Surrogates parce que la traduction française est strictement mauvaise, comme régulièrement en fait.
 
L'histoire ? Bienvenue dans un monde où chacun reste cloîtré chez soi, scotché dans un siège d'où il contrôle un robot extrêmement développé et censé être proche physiquement. Ces "clones", ces surrogates sont donc une extension du "moi" dans le monde réel, un moyen de vivre l'ensemble de ses activités sans prendre le moindre risque, si ce n'est de détruire celui de son coûteux robot.
 
Basique. Et pourtant symptômatique d'une humanité qui refuse parfois de vivre, de sentir, de ressentir, de connaître l'intensité des flux qui nous traversent lorsque l'adréline coule à flots dans nos veines. Alors c'est ce que nous propose comme avenir ce film, et mon dieu cela fait flipper. Cela n'est pas excitant, cela n'est pas vivre, cela n'est pas être en vie et surtout terriblement indigne de la chance folle que nous avons d'exister. Je m'enflamme… ahah !
 
Un bon film, en somme, qui aurait mérité une trentaine de minutes supplémentaires pour gagner en profondeur, en finesse d'analyse sur ce phénomène de robotique envahissante et servile, sur la déchéance des sentiments humains, sur la vanité de tous ceux qui tentent encore et encore de se conformer à un idéal physique plutôt que d'être eux-mêmes, un film psychologique plutôt qu'un film d'action "basique" avec un Bruce Willis sauvant le monde de plus en plus délicatement, la sagesse de l'âge peut être ? Toujours est-il qu'il joue toujours aussi bien quand il le veut, le bougre.
 
A voir donc, sans hésiter.
 

6 Commentaires

  • Ping : Viinz
  • I,robot est plus si je me rappelle bien sur la cohabitation entre des robots et des humains dans la même société.
    Là on est dans « les humains vivent leur vie par procuration », ils cherchent la jeunesse et beauté éternelle, à travers des robots qui représentent leurs idéaux. Je le rapprocherais plus de « AI », « Ultimate game », « The island » ou « À l’aube du sixième jour », avec une touche de Second Life 😉

    Sinon d’accord avec toi pour les 30 minutes à rajouter, à condition d’enlever la partie mélo, ou tout au moins de rendre ça moins lourd…

  • Garko > Je t’invite à les revoir l’un après l’autre et on en reparle…

    Tonio > Voilà… 🙂
    La partie mélo ne m’a pas trop dérangée en fait, surtout la toute fin où l’on sent qu’ils réapprennent à se toucher, à « ressentir », c’est ça qui aurait pu être creusé aussi.

    Florent > Tu ne veux pas un peu étayer ton argumentation, vil thésard ?

  • Ben je m’attendais à un mélange détonnant et improbable entre du K Dick et du Asimov et au final on en est assez loin. La portée du film m’a beaucoup déçue, je l’ai trouvée assez usée, Gamers sorti il y a quelques mois en a une très proche. De plus j’ai trouvé la fin (que l’on voit dans la bande annonce, un comble) rétrograde mais pas trop, juste politiquement correcte, n’est pas Snaker Plissken qui veut.
    Mes avis sont souvent très tranché mais je reconnais au film une performance d’acteur mémorable (j’aime beaucoup l’aspect robotique des mouvements des surrogates) et une idée de base riche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.