Autour d’un verre avec Guy Degrenne

Jeudi dernier, j’étais convié à la cave Elzévir (oh tiens, mon “autre” caviste, à 60 mètres de chez moi !) pour une dégustation de vin et un petit cour d’oenologie, le tout lié à la présentation des verres Guy Degrenne.
Au menu donc, différentes formes de verres pour différents vins ! Domaine, Muse, Dandy et Hypnotic ont ainsi accueili un Reuilly blanc 2008, un château Val Beylie 2005, un Faugères 2006 et enfin un champagne Blanc de Blancs de la maison Soutrian… J’ai particulièrement apprécié le Faugères et le champagne mais le but n’était pas tant d’apprécier les vins que de réaliser à quel point un bon verre peut et doit sublimer un vin.
Ainsi, j’ai pu apprendre le nom des différentes composantes d’un verre, de la cuvette au buvant en passant par le calice (ou paraison, c’est comme on veut…) et tester la résistance de certains verres aussi ! Jamais je n’essaierai de cogner mes verres ainsi mais toujours est-il que les Guy Degrenne tiennent le choc. Pas mal.
Et donc, la forme du verre ? Importante. Cela je le savais. Il n’y a qu’à humer un vin dans un verre de troquet à cheminée très large pour bien se rendre compte que le nez ne sent rien, ne perçoit aucun arome. Alors impossible d’imaginer faire un deuxième nez en dégustation puisqu’il est impossible de faire tourner le vin du fait de sa forme. Bref : des verres pour boire tout simplement, pas pour déguster ET boire. Autrement dit, on nous a fait prendre conscience (ou refait prendre conscience, c’est selon) que le verre est au moins aussi important que le breuvage et que certains traits techniques et purement industriels ont une importance non négligeable : le buvant très fin, une finesse du pied pour l’élégance, une épaule bien marquée pour révéler les arômes, une cheminée plus ou moins ouverte pour cumuler aération du vin et concentration des arômes, etc. etc. etc.
Petite leçon technique donc, dans la bonne humeur et avec comme accompagnement final un peu de Beaujolais 2009 (que la cave Elzévir a très bon) et son lot de victuailles (dont des fromages fameux !). Ne reste plus qu’à refournir mon appartement en bouteilles, je suis désespérément à vide là !