Volkswagen Polo R WRC – rencontres monégasques et débuts prometteurs

volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_24

Le Monte Carlo est depuis 40 ans (à quelques exceptions près) la manche d’ouverture du championnat du monde des rallyes et depuis plus de 80 ans l’un des rallyes les plus mythiques au monde.  Lorsque les conditions météo sont réunies, c’est le rallye le plus atypique et certainement l’un des plus difficiles à aborder en tant que pilote/copilote. Neige, verglas, soupe, bitume sec, murs de neige, il y a un peu de tout et surtout beaucoup de pièges. Cette édition 2013 a justement offert des conditions de route dantesques, notamment lors de la dernière journée pour les passages dans le col du Turini.

volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_62 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_26

J’étais ainsi en compagnie d’une partie de l’équipe Garage des Blogs aux côtés de la toute nouvelle équipe Volkswagen WRC pour ce qui était leur première manche officielle, l’équipe s’étant préparée l’an passé en engageant les Skoda Fabia S2000 de Sébastien Ogier et Andreas Mikkelsen. Cette fois-ci, c’est le grand bain du WRC : nouvelle équipe, nouvelles structures, nouvelle voiture aussi, développée essentiellement en 2012, la fameuse Polo R WRC. Au volant : Sébastien Ogier (forcément !) et Jari-Matti Latvala, transfuge de chez Ford.

volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_51 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_52 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_55

L’arrivée dans un championnat de haut niveau face à des monstres comme Citroën ou Ford n’est pas anodine et traduit les ambitions de la marque, à peu près autant que l’investissement massif qu’il représente. Autant vous dire que les Polo R WRC étaient attendues au tournant, que ce soit en interne ou en externe, les fans de rallye attendant quant à eux avec impatience le retour de l’enfant prodige de Citroën, parti en contrée allemande fin 2011 après une excellente saison chez Citroën mais surtout après une crise de management digne des grands boulets, merci Mr Quesnel pour le gâchis d’image. Mais bref, nous disons donc : premiers tours de roue de la Polo et premier scratch dès la première spéciale. C’est ce qu’on appelle une entrée remarquée ! Les trois premières journées du rallye se sont très bien passées pour la marque, les voitures montrant une bonne fiabilité et une belle pointe de vitesse même si JML a mis un peu de temps à trouver le rythme et le bon set-up.

volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_53 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_19

C’est dans le cadre de la dernière journée de ce Monte Carlo 2013 que j’ai ainsi pu découvrir l’arrivée de la marque allemande au sein du WRC. Arrivés le vendredi soir, le samedi matin nous a menés au col du Turini, point médian entre Moulinet et la Bollene-Vésubie. Énormément de monde sur la route, les spectateurs montent avec leurs voitures, pneus chaînés suite aux belles chutes de neige de la nuit. Premier passage prévu à 15h11, la tension monte tranquillement, c’est le dernier jour et il faut assurer le classement final avec Ogier en seconde place, Latvala en bataille pour la troisième…

volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_9 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_6

Volkswagen s’est installé au Turini, déployant une énorme structure assurant un confort fort appréciable pour celles et ceux n’étant pas venu en vêtements de ski, autrement dit moi. C’est d’ailleurs au sein de cette structure et plus tard au bord de la route que nous rencontrons Bruno Saby et Bernard Darniche pour une explication rapide de leur rapport à la marque et pour un beau plaidoyer autophile pour le second ! Accessibles, souriants, le discours s’enflamme un peu plus tard alors que les premières voitures arrivent ! Beaux moments, anecdotes croustillantes… De même, la participation active de Vincent Lavergne à nos déplacements fait que le moins que l’on puisse dire est qu’on aura passé de très bons moments ce weekend grâce à ces trois là ! Merci messieurs pour votre passion et votre enthousiasme.

volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_4 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_7

Sur le bord de la piste disais-je, on s’installe. La neige se transforme en déluge de pluie. On attend. On attend. Les voitures arrivent. Loeb tout d’abord, Ogier ensuite. A l’attaque. Novikov n’arrive pas… Voici la première « victime » du Turini. Il faut dire que les pilotes sont sur des oeufs, les conditions de route seront jugées comme parmi les pires jamais rencontrées par les différents pilotes, tentant tant bien que mal de rester sur la route !

volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_24

volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_25

L’inquiétude monte ensuite d’un cran. Latvala ne passe pas non plus. La seconde Polo R WRC a du rencontrer un problème ou bien elle est sortie de la route… La réponse tombe quelques minutes plus tard : sortie de piste. Violente. Pas de bobo pour l’équipage si ce n’est un orgueil blessé pour Latvala. Rendez-vous en Suède pour tenter de corriger ce qui devient une habitude, malheureusement…

Quelques heures plus tard et deux spéciales de plus dans les roues, les voitures redescendent au parc d’assistance avant de repartir pour la dernière boucle. C’est l’occasion pour moi d’assister pour la première fois de ma vie à une assistance. 30 minutes pour tout vérifier, démonter les pièces d’usure et les remplacer. Les mécaniciens s’activent sous le regard de leur responsable qui n’a quant à lui pas le droit de toucher la voiture. L’ensemble est huilé, une mécanique de précision qui ne laisse que peu de place à l’improvisation à priori.

volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_71 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_67 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_59 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_61

volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_80 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_81 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_78 volkswagen_polo_r_wrc_monte_carlo_88

Fin de l’assistance. Je suis allé faire un tour du côté des rouges et j’apprends que les voitures repartent pour rien : la dernière boucle est annulée, fin du rallye ! Sébastien Loeb est premier. Sébastien Ogier second et donc premier « vrai » compétiteur puisque son aîné ne participera qu’à quatre rallyes cette saison. C’est ce qu’on appelle un début en fanfare et son sourire lorsqu’il sort de la voiture et à son arrivée dans l’hospitality sur le port en dit long ! Voiture dans le coup, pilote au top, équipe d’ores et déjà efficace, VW semble bien parti pour être un véritable animateur du championnat dès sa première année de participation même si la marque se défend d’autant d’ambitions.

Le prochain rendez-vous en Suède sera de nouveau un rallye atypique. Le premier rallye terre de même. Il faudra attendre le Portugal pour confirmer ce qui s’annonce comme un beau championnat ! Le fan de rallye que je suis ne peut que se réjouir du niveau de performance de la marque face à Citroën et Ford et attendant Hyundai l’an prochain…

1 Comment

  • An7hony dit :

    Beau recap, si jamais ça vous tente avec l’equipe du Garage des Blogs, il y aura dans quelques mois un grand moment de rallye mais Tout Terrain celui ci.

    Des buggys de 400vh / 4 roues motrices lancé à 180 dans des passages ou une WRC n’oserait pas poser ses roues.

    Si ça vous interesse hesitez pas , c’est a 1h de Paris.

    A Ta dispo pour en discuter.

    Anthony ( @an7hony / @ Buskape)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>