Massachusetts – deux journées à Boston, le Freedom Trail et tout le reste !

Après deux journées passées sur la route à traverser des paysages côtiers tantôt superbes, tantôt très peuplés, le fait de se poser quelques jours à Boston avait quelque chose d’agréable, surtout avant une grosse semaine d’exploration des autres états de la Nouvelle-Angleterre.

La météo n’était toutefois toujours pas au rendez-vous alors que se profilaient deux journées d’exploration urbaine. Il paraît qu’il ne fait jamais vraiment mauvais à Boston – si ce n’est en hiver bien sûr – j’ai donc eu droit à quelques unes des rares mauvaises journées du coin !

Le temps sur place étant assez court, j’ai opté lors de la première journée pour un grand classique, très bien foutu et permettant de découvrir un maximum de choses : le Freedom Trail. Cette ligne rouge souvent pavée fait 4 km de long et parcourt la ville en passant d’un monument à l’autre, balayant ainsi plus de trois siècles d’histoire de la ville mais aussi d’histoire américaine, tant Boston a une importance particulière pour le pays.

Tout commence donc dans le Boston Common, ce grand jardin public qui est d’ailleurs le plus ancien des États-Unis. Les écureuils batifolent dans les herbes, leur nombre est impressionnant ! Au dessus des pelouses, massif, on note le Massachusetts State House et son dôme couvert d’or, le parlement de l’État où avait d’ailleurs lieu ce jour-là une cérémonie. Ensuite, on redescend, en direction d’une église qu’on ne peut manquer tant elle semble imposer sa silhouette sur fond de buildings modernes. Voici d’ores et déjà ce qui caractérise le plus le vieux centre historique de Boston : de splendides monuments d’époque (l’église date par exemple de 1809) au milieu de bâtiments et de buildings construits depuis un gros siècle ! Le contraste est réellement saisissant et donne à Boston une identité très forte.

Le chemin continue quelques pas plus loin, dans le Granary Burying Ground. Une autre des caractéristiques de Boston est la présence assez massive de cimetières en plein centre-ville. Celui-ci est le plus vieux il me semble, avec des stèles datant des années 1660 et une foultitude d’hommes et femmes célèbres et autant d’esclaves appréciés de leurs maîtres. Témoignage d’un autre temps.

Autre lieu, la chapelle du roi, ou King’s Chapel et son petit cimetière. Cette petite église, écrasée par les buildings environnants et d’une austérité déprimante, est la première église anglicane des États-Unis. Le cimetière attenant date de 1630 et est justement le plus ancien de Boston. A noter, la belle chaire, l’orgue, les box aussi et en sortant pour continuer le parcours, l’ancien hôtel de ville avec la statue de Benjamin Franklin juste devant.

On atteint ensuite un autre bâtiment de brique rouge entouré d’immeubles ! Il s’agit de la Old South Meeting House, un édifice qui mêlait religion et politique. Un tout petit peu plus bas, la Old State House. S’il est un bâtiment qui en impose, c’est lui. Datant de 1713, c’est en son sein que pour la première fois les administrés purent assister aux débats des élus grâce à une galerie spécialement installée. C’est aussi devant ce bâtiment qu’eut lieu le massacre de Boston, cet évènement qui lança la Révolution américaine !

Encore un peu plus bas, face à l’immense et terrifiant de béton hôtel de ville moderne, on découvre Faneuil Hall dont la salle de réunion à l’étage accueillit toutes les discussions de protestation contre l’autorité royale anglaise. Ce berceau de la liberté, offert par Peter Faneuil, le plus riche marchand de la ville, est attenant aux anciennes halles de la ville, désormais transformées en food court bondé et qui m’a donné envie de fuir, loin, très loin, le plus loin possible d’un déluge de bouffe dégueulant de gras et de sucre. Vraiment, ce Quincy Market est sale, bondé, bruyant. A deux pas de là, après le vieux quartier historique avec l’Union Oyster House, il y a un marché couvert, nettement plus agréable et où l’on peut manger des sandwichs au pastrami à se damner ! Entre autres chose. Bref : passez votre chemin et poussez jusque là, cela s’appelle tout simplement Boston Public Market.

Il est temps de changer de quartier pour rejoindre North End, l’ancien quartier mal famé, la Little Italy de Boston aussi avec ses innombrables boutiques et café servant un excellent café et des cannoli à se damner ! Dans North End, il y a donc l’ancienne maison de Paul Revere, la plus ancienne de Boston et celle qui abrita donc ce héros de la ville. Un peu plus loin, la Old North Church, croquignolette et adorable, abritant entre autres les vieilles lanternes qui servirent justement à Paul Revere à prévenir l’arrivée des anglais à Charlestown.

Il est désormais temps de franchir la Rivière Charles pour rejoindre Breed’s Hill et Charlestown. Il y a ici deux rendez-vous du Freedom Trail : l’USS Constitution et Bunker Hill ! Le premier abrite deux navires assez incroyables et que l’on peut visiter, l’USS Cassin Young, un destroyer de la Seconde Guerre Mondiale et l’USS Constitution, le second plus ancien bateau de guerre encore à flot !).

Direction ensuite Bunker Hill, en passant par une ancienne place d’entraînement des troupes devenue square. En 1775, c’est ici qu’eut lieu la première grande bataille entre patriotes et anglais qui se solda par la défaite des premiers mais avec de lourdes pertes et une retraite compliquée pour les seconds. Sur cette colline trône une grande tour de 67 mètres de haut, dont la première pierre fut posée par La Fayette lui-même et qui offre une vue splendide sur Boston !

Le Freedom Trail est terminé. Retour dans North End, définitivement mon quartier préféré de Boston. Escale cannoli et café, retour ensuite par le Government Center et le MIT avant d’entamer la soirée et penser au programme du lendemain.

Il fait encore plus gris le jour suivant et il pleut même par moments ! Le beau temps… Ceci dit je suis content d’avoir été à Boston à ce moment-là et pas plus loin dans le roadtrip en pleine balade ou randonnée.

La journée commence à Harvard. Des briques rouges, des pelouses plantées d’arbres splendides, des chaises de couleur un peu partout, des bâtiments tous plus statutaires les uns que les autres. Bon. Passons à la suite.

Direction un nouveau quartier de Boston, un autre des plus anciens et la plus haute des collines de Boston : Beacon Hill. Ici était installée la communauté noire de Boston, moteur principal du mouvement abolitionniste auquel on peut rendre hommage en suivant tranquillement le Black Heritage Trail.

Beacon Hill est depuis devenu un quartier résidentiel clairement huppé de Boston. Tout ici n’est que belles briques, belles façades, jolis arbres bien entretenus, c’est mignon au possible.

Dernière étape ? Back Bay, au ras de la Rivière Charles et juste en face du MIT. C’est ici que se regroupent les vrais quartiers bourgeois, peuplés de jeunes friqués et « successful », c’est ici aussi le quartier des boutiques autour de Newbury St. Pas vraiment de quoi tomber en pâmoison.

C’est terminé pour cette visite de Boston. J’y reviendrai une dernière journée avant le retour final à New-York et en France, l’occasion de future de vous parler des alentours immédiats de la ville dans un autre article ! En attendant cette prochaine étape, j’ai le Maine, le New-Hampshire et le Vermont à découvrir !

Où dormir à Boston ?

J’ai dormi chez mon beau-frère… Si je devais choisir un quartier, j’aurais évidemment tendance à préférer North End et Beacon Hill, avec le risque que ce soit assez bruyant. Les alentours immédiats de Harvard et du MIT sont à dire vrai un bon compromis avec le métro en accès direct et de belles banlieues tranquilles.

Où déguster un cannoli et un café à North End à Boston ?

Plusieurs adresses évidemment, dont le fameux Mike’s Pastry où l’on vient récupérer ses cannoli, à emporter dans un carton bleu et blanc que l’on voit partout en ville ! Juste à côté, le Caffé Vittoria, une jolie adresse aussi avec une belle collection de cafetières et samovars. Le café y est bon et les cannoli aussi ! Banco.

Où casser la croûte à Boston ?

Au Boston Public Market ! Sandwich au pastrami à tomber par terre et plein d’autres stands avec du très bon manger, à tarif raisonnable au vu de la qualité locale proposée ! Oubliez le Quincy Market et foncez-ici. C’est moins typico-touristique-Disney mais c’est bien meilleur.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *