Bombance, Byzance, tout ça

 Comme promis hier soir (non, pas les photos, j’ai pas le temps là, désolé, tout ça tout ça) … voici une bonne adresse de plus, si par hasard vos déplacements vous mènent dans la ville d’Annemasse. Ou bien si vous passez dans le coin, plus d’excuses, il vous faudra faire un tour pour découvrir le Tournavel.
Nous, on ne vous a pas attendus en tout cas, surtout après toute cette journée de balade et de grand air. Le grand air, ma maman m’a toujours dis que ça creusait, ou alors c’était mon grand-père, je sais plus. Bref. Toutes les excuses sont bonnes pour baffrer moi je dis, alors là je choisis le “grand air”.
La Petite Suisse nous a toutefois prévenus : il ne sert à rien d’envisager de prendre une entrée ou un dessert … le PLAT suffira à nous atomiser l’estomac.
Vu son expérience quasi légendaire de corse amatrice de bonne chère, nous avons suivi son conseil et choisi la formule : on prend de quoi satisfaire trois personnes, et on partage tout ça ensemble, pas de chichis. Hop, une fondue savoyarde, un quart de raclette, une assiette de charcuteries diverses et variées et une bouteille d’Apremont pour faire couler … le tout est commandé et livré de manière efficace et rapide. C’est plaisant.
Alors. Comment vous dire … il a fallu que je les aide. Je le confesse. Moi, l’homme glouton, l’estomac ambulant, j’ai été fidèle à ma réputation habituelle. Une vraie poubelle de table, enfin une poubelle qui aime les bonnes choses, faut pas déconner. Des fois je me demande comment je fais pour garder une ligne convenable !!!
Pour résumer :
  • l’Apremont était frais et sec comme il faut !
  • les charcuteries étaient délicieuses … surtout le saucisson aux herbes,
  • les condiments ont pris cher, tomates, cornichons et mini-oignons n’ont pas survécu,
  • les pommes de terre étaient cuîtes à point, fondantes mais pas en purée pour autant,
  • la fondue était … délicieuse. Grasse, à bonne température, consistante toutefois, goûtue … Un vrai bonheur.
  • la raclette enfin … sur son support … n’a pas fait long feu ! En plus c’était de la raclette fumée, même la croûte est partie rejoindre le paradis des aliments (= nos estomacs).
Bref, n’en jetons plus ! C’était délicieux, copieux, gargantuesque … c’était byzance et on a fait bombance.
Avec une seule interrogation : quand est-ce qu’on met en route nos appareils à fondue et à raclette ??? Qui n’en veut venir chez nous pour se repaître de bon fromage fondu ? Les inscriptions sont ouvertes !