Le Mans Classic – La pluie, les clubs, la nuit

Au delà des plateaux de voitures anciennes, généreusement garnis, Le Mans Classic c’est aussi une ambiance indescriptible faite d’odeurs et de bruits oubliés, dotés d’une saveur riche qu’on savoure tel un grand cru liquoreux. Quand vient la pluie, pas de panique, il suffit de s’abriter sous un petit stand et observer les alentours. Les parapluies fleurissent, les voitures continuent de défiler pour se rendre sur la piste ou dans le paddock. On planque tant bien que mal son matériel et ses frusques mais à dire vrai, on s’occupe surtout de garder les yeux grands ouverts.

Au détour d’une allée, on repère aussi ce vieux fourgon de la Police. La maréchaussée n’est pas loin avec d’autres véhicules et surtout les uniformes d’époque. Surréaliste vous dis-je. Le spectacle ne se déroule pas exclusivement sur la piste. Je dirais même qu’il se déroule essentiellement dans le paddock, sur la pit lane et sur les parkings entourant le circuit, véritables cavernes d’Ali Baba pour tout amoureux d’anciennes qui se respecte.

Le Mans Classic, ce sont aussi les multiples propriétaires et clubs qui viennent prendre part à l’évènement, profitant de créneaux alloués par l’ACO pour eux-aussi enchaîner les tours de piste et ravir le public à force de rugissements. Occasion rare de voir tant de raretés et merveilles, Le Mans Classic procure un orgasme permanent à quiconque aime la chose automobile.

Enfin, il y a la nuit. Peu importe le plateau, peu importe l’heure et la météo, Le Mans Classic est un flacon fantastique procurant une ivresse permanente. Les hurlements d’un autre âge résonnent dans la ligne droite des stands, impossibles à capter, tout comme les bolides que rien n’arrête. Difficile dans ces conditions de faire de belles images malgré l’aide du 70-200 f/2.8 L IS II gentiment prêté par Canon et on à peine à croire que les pilotes et propriétaires de ces monstres légendaires tapent autant dans leurs bijoux… et pourtant si. Ces gens sont fous et c’est tant mieux.

Vous en reprendrez bien une dose ? J’espère, car il y a encore quatre articles remplis de photos à venir…

Tags from the story