Irlande – l’ouest du Connemara, Clonfert et Clonmacnoise

Dernier jour en Irlande, du moins pour cette fois. Je suis toujours dans le Connemara, à Maum et se pose la question du « que faire ? » alors que j’ai 4 heures de route devant moi, voire moins et que mon avion n’est qu’à 20h…

L’avantage, en Irlande, c’est qu’il y aura forcément et à priori toujours de quoi occuper une journée à base de châteaux, lacs, églises plus ou moins en ruines ou encore abbayes mystiques. Cette journée ne déroge pas à cette règle qui semble même être la norme avec au programme trois villes : Cong, Clonfert et Clonmacnoise.

Pour rejoindre la première, je longe la frontière entre le Connemara et le Mayo. La montagne est ici plus sauvage encore qu’ailleurs au sud et le voyage est solitaire, à la traversée de quelques hameaux près. Les loughs sont plus grands, semblent plus profonds, ressemblent même presque à des mers alors que Cong n’est plus qu’à quelques kilomètres.

On vient à Cong souvent pour arpenter les ruelles ayant servi de décor au film « The Quiet Man » de John Ford, avec John Wayne et Maureen O’hara. On y vient aussi pour admirer les ruines de son abbaye et faire une belle balade depuis ces dernières jusqu’au château / hôtel de Ashford. De là, une belle balade dans la campagne permet de longer l’énorme Lough Corrib et rebrousser chemin jusque Cong ; deux heures trente de balade bucolique et paisible, sur les terres de l’Ashford Castle.

L’étape suivante est nettement plus lointaine, à l’est de Galway. Il s’agit de Clonfert, dont je vous parlais dans mon article sur le Dingle et où justement Saint Brendan est enterré ! La cathédrale du XIIème est notamment remarquable pour son portail roman, sublime.

Ultime étape enfin, avant de prendre pour de bon et longtemps l’autoroute qui revient à Dublin : Clonmacnoise ! Il s’agit tout simplement des vestiges de la plus grande cité monastique d’Irlande, fondée au VIème siècle. Huit églises en ruine, deux tours ou beffrois, une petite cathédrale et enfin trois croix incroyables stockées à l’abri quand des reproductions prennent le soleil et la pluie dehors. Le coin mérite assurément qu’on s’y arrête pour profiter de la beauté du lieu et des ruines de son vieux château, juste en dehors du périmètre.

Les yeux chargés de toutes ces beautés et de celles des dix jours passés en Irlande, je ne pouvais que me réjouir de ce choix de voyage. L’Irlande, choisie un peu par goût, un peu par manque de temps pour organiser un séjour un peu plus long dans des îles un peu plus lointaines, les Açores, s’est révélée être une destination reposante, riche et vivifiante.

Pis, elle m’a donné, comme beaucoup de destinations me dirait une certaine bretonne, envie d’y revenir. Le programme est déjà établie : Mayo, Sligo, Donegal. Encore dix belles journées en perspective. Reste à définir le « quand ».

La carte de cette journée de roadtrip :

Tags de cet article
, , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *