Écosse – randonnée et roadtrip du Loch Lomond aux Trossachs

Après la journée passée avec un plaisir vraiment surprenant à Glen Coe, il était temps de s’aventurer dans un coin encore plus touristique de l’Écosse du sud (mais pourtant dite des Highlands…) : le Loch Lomond et les Trossachs.

Je commence cette journée de balade et de randonnée par une escale à Luss. Cette petite ville balnéaire, avec ses jolies maisons, ses jolies cheminées, son petit port donnant sur le fameux Loch Lomond et enfin sa belle église et son cimetière médiéval, est bien agréable. C’est parfait pour une pause rapide, éventuellement pour une balade sur le loch aussi si le temps le permet.

Ce qui m’intéresse toutefois, autour du Loch Lomond, c’est le Ben Lomond ! Il s’agit en fait du Munro (à savoir un sommet de plus de 3000 pieds) le plus au sud de l’Écosse, marquant l’entrée des Highlands. Autant vous dire que ce genre de montagnes, ça se grimpe. Il se trouve même qu’il y a un trail le jour de mon ascension, certains sont donc même en train de le gravir et de le descendre… en courant. Les grands malades.

La météo est en tout cas moyennement sympathique ce jour-là, me permettant de monter en t-shirt (avec des hochements de tête appréciateurs des écossais – instant chevilles gonflées) sans offrir de réconfort calorifique ! C’est gris, c’est plat, mes photos s’en ressentent mais quand bien même, je dois dire que je trouve la région sans grand intérêt.

Pourquoi me direz-vous ? Parce qu’au delà de cette lumière clairement pas glorieuse, il manque un zeste de sauvagerie à cet endroit, quelque chose de brut et de brutal que j’ai systématiquement retrouvé au nord de Skye. Cette Écosse du nord de Glasgow, terrain de jeu des citadins en mal de nature le weekend, est bien convenue et finalement très accessible et… je ne sais pas, moins étourdissante.

J’imagine que si j’avais commencé mon voyage par là, mon discours aurait été différent. Toujours est-il que le Loch Lomond et a fortiori le Ben Lomond ne m’ont pas transcendé ni marqué. Je reviendrai sous un franc soleil, peut-être sera-ce différent !

En revanche, force est de constater que la route entre Aberfoyle, le loch Katrine puis Callander, est de toute beauté ! C’est un régal pour le conducteur ! C’est aussi un régal pour les yeux avec un paysage typique de la région, très verdoyant, à défaut d’être là-aussi brut et brutal.

Le Loch Katrine, auquel on accède enfin, abrite un singulier navire à vapeur, le SS Sir Walter Scott, remis à flots et en état pour le bonheur des cars de quadra, quinqua et sexa voire septuagénaires en goguette dans la région. On comprend qu’ils ne montent pas plus haut, ils risqueraient bien de ne pas redescendre ! Si vous avez en revanche l’âge de ne pas faire de voyages organisés, vous savez ce qu’il vous reste à faire : quitter ces lieux et partir au NORD, dans les Highlands, les vraies.

roadtrip-uk-ecosse-highlands-loch-lomond-43

Bref, je pense avoir été assez clair : je n’ai pas particulièrement aimé Loch Lomond et les Trossachs, bien trop civilisés, peuplés et clairement pas assez brutaux et sauvages pour mériter une quelconque appellation écossaise, encore moins celle de « Highlands ».

Pour ce qui me concerne, ceci n’est pas vraiment l’Écosse. Je conviendrai facilement du fait que ma vision était fort biaisée mais je n’en démordrai pas et me retournerai encore et encore vers l’aiguille rouge de ma boussole !

Comment se rendre de Arrochar à Callander via le Loch Lomond et les Trossachs ?

Où dormir à Callander, à proximité des Trossachs ?

A Callander, à la porte des Trossachs donc, j’ai dormi à Abbotsfort Lodge, un ancien manoir avec extension toute neuve et excellent petit-déjeuner. Cela a tout d’un petit hôtel, le charme d’un B&B en plus. L’entre deux. Très honnête pour la région donc.

Où manger et boire un verre à Callander ?

J’ai bu un verre après mon ascension du Ben Lomond, à Balmaha, en face du grand parking servant de point de départ à l’ascension de Conic Hill : juste à côté du fameux Oak Tree Inn, il y a l’échoppe du village, transformée en glacier avec pâtisseries qui tabassent ! De quoi oublier les 900 mètres des gambettes.

Pour le dîner en revanche, j’ai choisi le Crown Hotel, à Callander. Excellentissime poisson, soupe délicieuse et bière qui coule tout seul. Le pub d’hôtel parfait, à tarif très raisonnable. Nickel.

Combien de temps rester au Loch Lomond, dans les Trossachs et à Callander ?

Très franchement ? N’y restez pas. Passez, jetez un œil, faites une randonnée éventuellement mais c’est vraiment pour dire ! Il n’y a pas grand chose des Highlands ici, si ce n’est rien.

2 Commentaires

  • Nous, non plus nous n’avons pas été éblouis par le loch Lomond … après dire que c’est trop « peuplé », le terme est peut-être un fort je trouve 😉
    Mais je suis d’accord qu’il y a des coins bien plus beaux en Ecosse !

    • Il y avait beaucoup de monde ce jour là, c’était le weekend d’une part et il y avait un trek d’ascension/descente du Ben Lomond d’autre part. Disons que dès qu’on a quitté Skye, on a eu l’impression d’être entourés de monde par rapport au reste des Highlands. Le côté weekend + proximité de Glasgow a fait le reste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *