Finistère – entre terre et mer de Kerjean à Roscoff

2015, cela commençait à faire longtemps, avec en derniers souvenirs de balade dans la région, la jolie ville de Carantec, le Diben et l’île Callot… Cette fois-ci, je ne vais pas rester au bord des flots mais plutôt m’enfoncer un brin dans les terres, sans jamais oublier de retourner au bord de l’eau, on est en Bretagne, tout de même.

Le programme de la première journée oscille pourtant franchement du côté de la terre avec une première visite religieuse, à la petite chapelle de Lambader, à quelques kilomètres de Plouvorn. On est là pile à l’ouest de Morlaix, en plein cœur du Finistère Nord mais sans être pour autant dans les « montagnes » du coin. Le paysage est bucolique, alternant entre champs et bocage.

Au milieu de tout cela, il y a une gigantesque chapelle, haute de plus de 58 mètres, nichée dans un enclos de petite maisons croquignolettes, mêlant granit et hortensias. Son portique, en bois finement sculpté et ciselé, mérite à lui seul qu’on s’y arrête !

La suite est moins bucolique et délicate : il s’agit de l’imposant château de Kerjean ! Dans cette région du Léon, c’est le plus beau, le plus grand et le mieux entretenu. Bâti dans la seconde moitié du XVIème, il a bien sûr perdu quelques morceaux en chemin mais étale encore ses douves, ses murailles, son corps principal, sa cour gigantesque, son pigeonnier et tant d’autres choses à la vue des visiteurs.

Belle exposition temporaire également sur l’évolution de la médecine à cette époque de la Renaissance mêlant décorum et nécessités défensives. Pour son bâti remarquable et la qualité de cette exposition, le château de Kerjean est vraiment à voir lors d’une visite dans la région, depuis sa délicate chapelle jusqu’à son escalier double menant aux cuisines souterraines.

La mer n’est guère loin, aussi je m’en rapproche alors que le ciel semble bien vouloir se découvrir au gré d’une marée favorable. Les dunes de Ker-Emma accueillent une balade agréable, nécessaire après la visite de ces bâtiments somme tout austères. Restes de blockhaus, pitons de granit bravant les marées, menue chapelle isolée au milieu des herbes et sable étincelant sur des eaux turquoise. Pas de doute, on est dans le Finistère.

Ultime étape du jour, commencé tard il faut dire (sacrée grasse mat’ !) : Roscoff ! Je m’arrête d’abord à la miellerie de Plouescat pour dévaliser leur stock et je rejoins ensuite la ville corsaire, dynamique et vivant. L’île de Batz ne sera pas au programme de la visite mais ce n’est pas de son port et de sa belle église historique, Notre-Dame-de-Croaz-Batz. Retable splendide, proportions magnifiques et multiples références maritimes, le tout entouré de belles demeures de granit. Roscoff a de l’allure, à n’en pas douter, en sus d’être un port d’importance pour la liaison avec les îles anglo-normandes, le Royaume-Uni et l’Irlande.

Une belle première journée pour mieux connaître le Finistère Nord, du moins un petit bout de sa portion est, entre terres et mer et en attendant de plonger en son cœur minéral le lendemain.

La carte de cette journée de roadtrip dans le Finistère Nord :

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *